Editeurs Français 1€ moins cher + Réduction automatique de 4€ sur livraison dès 5 articles !

Mad Max Ultraviolence dans le cinéma partie 1 de Melvin Zed front cover
Mad Max Ultraviolence dans le cinéma partie 1 de Melvin Zed pic1
Mad Max Ultraviolence dans le cinéma partie 1 de Melvin Zed pic3
Mad Max Ultraviolence dans le cinéma partie 1 de Melvin Zed pic2
  • Charger l'image dans la galerie, Mad Max Ultraviolence dans le cinéma partie 1 de Melvin Zed front cover
  • Charger l'image dans la galerie, Mad Max Ultraviolence dans le cinéma partie 1 de Melvin Zed pic1
  • Charger l'image dans la galerie, Mad Max Ultraviolence dans le cinéma partie 1 de Melvin Zed pic3
  • Charger l'image dans la galerie, Mad Max Ultraviolence dans le cinéma partie 1 de Melvin Zed pic2

Mad Max Ultraviolence dans le cinéma partie 1

{{ssw_count_rate}} Examen
Prix normal
€39,00
€39,00
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 
Taxes incluses.

Mad Max Ultraviolence dans le cinéma partie 1
de Melvin Zed

Date de sortiefévrier 2021
Éditeur : Editions Rififi
Langue : Français
Nombre de pages : 432 pages

Dédicace chez Metaluna Store avec l'auteur le 19 février

MAD MAX – ULTRAVIOLENCE DANS LE CINÉMA, PARTIE 1, est un livre consacré au premier film de la saga et dont le récit débute au cœur de l’Australie des années 60, pour s’achever à la fin des années 70, lorsque MAD MAX déferle sur les écrans du monde entier. Sur 430 pages, nous avons détaillé la genèse de cette œuvre en nous plongeant dans l’histoire de ceux qui l’ont imaginée et fabriquée. C’est une aventure qui prend place à une époque particulière, lorsque le cinéma australien vivait une révolution et qu’apparaissait une génération de cinéastes qui allaient rapidement placer l’Australie sur les cartes des cinéphiles du monde entier. Isolé, souvent oublié, le pays a vécu une révolution culturelle tardive, dans l’ombre de la mère patrie anglaise et du cousin américain, mais en 1977, alors que le monde occidental était secoué par les larsens désabusés de l’explosion punk, quelques jeunes australiens ont décidé de précipiter leur pays dans un accident de voiture. « On a défoncé quelques voitures, et on a foutu le feu au monde » a dit un jour Tony Paterson, le monteur du film. Parce qu’ils voulaient tout casser, ils ont pris des risques déments, mis au point des cascades insensées et tourné un film dans des conditions de guérilla. « Je ne suis pas parti faire le Viêt Nam, à la place j’ai fait MAD MAX » raconte à son tour l'un des membres de la production, John Hipwell, 40 ans après le tournage. Comme beaucoup d’autres, il n’a rien oublié de cette aventure, fier de ce qu’ils ont accompli, et soulagé de n’avoir tué personne.