Paiement CB de retour ! Livraison offerte dès 120€ code "LIVRAISON"

Torture porn. L’horreur postmoderne de Pascal Françaix - front cover

Torture porn. L’horreur postmoderne

Écrire une critique
Prix normal
€20,00
Prix réduit
€20,00
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 
Taxes incluses.

Torture porn. L’horreur postmoderne
de Pascal Françaix

Éditeur : Rouge profond (mars 2016)
Langue : Français
Nombre de pages : 302 pages

Le torture porn désigne depuis les années 2000 un sous-genre du cinéma d’horreur et d’exploitation apparu depuis longtemps déjà. Il s’agit d’histoires où des victimes sont soumises à toutes sortes de brutalités et autres atrocités dont l’issue leur sera généralement fatale. Vilipendé par la critique mais commercialement fructueux (voir la franchise Saw, le succès des Hostel…), le torture porn a relancé le débat sur la prétendue nocivité du cinéma d’horreur. Considéré comme le véhicule des pulsions sadiques et misogynes de ses auteurs et de son public, il demeure trop méprisé pour avoir fait l’objet d’une étude objective et approfondie dans notre pays. Cet ouvrage propose d’explorer les enjeux et les thèmes du sous-genre. Il remet ainsi en cause certains principes du féminisme radical et d’une pensée politiquement correcte qui tendent à l’aseptisation du cinéma horrifique. Le torture porn, héritier d’une tradition subversive du cinéma d’exploitation, y est envisagé comme le vecteur d’une sensibilité postmoderne empreinte de scepticisme envers les valeurs morales, politiques et culturelles en vigueur. Il questionne la validité du modèle patriarcal et redéfinit les enjeux de la féminité en offrant de mémorables portraits de femmes violentes et en dépeignant une masculinité en crise. Lieu de l’instabilité, de l’incertitude et de la déconstruction (des corps comme des concepts), le torture porn se dérobe aux notions établies de bien et de mal, de conservatisme et de progressisme, de haute culture et de sous-culture, pour jongler avec les paradoxes et les diversités. Il restitue au cinéma d’horreur sa force brute de questionnement et ses vertus d’inconfort.